BOA Group
BOA-BENIN
BOA-BURKINA FASO
BOA-COTE D'IVOIRE
BOA-KENYA
BOA-MADAGASCAR
BOA-MALI
BOA-NIGER
BOA-SENEGAL
BOA-UGANDA
BHB
EQUIPBAIL-BENIN
EQUIPBAIL-MADAGASCAR
EQUIPBAIL-MALI
ACTIBOURSE
AGORA
AISSA
ATTICA
 
Groupe BANK OF AFRICA


Version française  English Version

Accueil Rapport annuel 2006

Groupe BANK OF AFRICA
  Le Groupe BOA
  Histoire
  Filiales
  Administrateurs

Evolution
  Faits marquants
  Chiffres-clés
  Evolution banques
  Orientations stratégiques

Rapport annuel 2006
  Le mot du Président
  Rapport du CA
  Rapport du réviseur
  Etats financiers

Comptes consolidés
  Lettre d'opinion
  Principes & méthodes
  Périmètre
  Bilan
  Résultat


Exercices antérieurs:
2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000 1999

 

 

 

 

 

Groupe BANK OF AFRICA
Rapport annuel - Exercice  2006


La mémoire du Groupe BANK OF AFRICA


Fruit d'une nécessité historique, la BANK OF AFRICA - MALI (BOA-MALI) est née fin 1982 à Bamako, quasiment sans appui extérieur.

Ancrage initial mais aussi champ d'expérimentation irremplaçable, elle permettra de valider et d'affiner la conception générale et les principes d'action qui seront le fondement d'un réseau régional fort, vingt quatre ans plus tard, de 9 Banques commerciales, d'une Banque de l'habitat, de trois filiales de crédit-bail, d'une société de bourse, de deux sociétés d'investissement... et d'une notoriété appréciable dans les milieux financiers et bancaires africains.

Cette émergence du Groupe BANK OF AFRICA s'est d'abord déroulée en trois phases majeures entre 1982 et 1998 :
  • le démarrage de l'expérience avec la création de la BOA-MALI,

  • le changement d'échelle avec la mise en place de AFRICAN FINANCIAL HOLDING (AFH) et la constitution de la BANK OF AFRICA - BÉNIN (BOA-BÉNIN),

  • l'extension progressive du Réseau avec notamment la création de plusieurs BANK OF AFRICA et de quelques établissements financiers spécialisés dans l'Union Économique et Monétaire Ouest-Africaine.

Une quatrième phase a été entamée en 1999 avec l'accent porté sur la consolidation et l'intégration du Groupe, tout en poursuivant la croissance externe :
  • création de la BANK OF AFRICA - MADAGASCAR en 1999 ;

  • démarrage de ÉQUIPBAIL-MADAGASCAR en 2000 ;

  • fondation et ouverture de la BANK OF AFRICA -SÉNÉGAL en 2001 ;

  • création de la Banque de l'Habitat du Bénin en 2003 et de la BANK OF AFRICA - KENYA en 2004 ;

  • diversification dans de nouvelles lignes de métier, notamment l'assurance-vie et l'investissement dans des secteurs porteurs, tel que celui des télécommunications ;

  • développement du Groupe dans la zone Afrique de l'Est et Océan Indien.

Le démarrage : la BANK OF AFRICA - MALI

Au début des années 1980, le système bancaire des pays d'Afrique francophone comprenait, à de rares exceptions près, d'une part, des filiales de banques françaises, principalement tournées vers le financement du commerce d'import-export et la satisfaction des besoins financiers des grandes entreprises et, d'autre part, des banques d'État en butte à d'importants problèmes de gestion, fortement dépendantes des ambitions politiques et pratiquant une stratégie de crédit souvent hasardeuse.

C'est en réaction à ces faiblesses des structures financières existantes et grâce à la détermination d'investisseurs privés maliens qu'est créée en décembre 1982 la BANK OF AFRICA - MALI (BOA-MALI). La Banque s'est vite révélée comme un partenaire à part entière du système bancaire local et a connu un développement régulier depuis 1982 illustré par ses principaux indicateurs à fin 2006 :

  • 100,5 milliards de F CFA de total bilantiel ;
  • 82,4 milliards de F CFA de dépôts collectés ;
  • 52,2 milliards de F CFA de crédits distribués ;
  • près de 5 milliards de F CFA de fonds-propres ;
    qui lui permettent de représenter près de 13 % des ressources du système malien.
Les facteurs de réussite expliquant cet essor continu se sont ensuite avérés déterminants dans la croissance des autres Banques du Groupe :
  • le dynamisme commercial et la volonté d'assurer un service de qualité ;
  • l'effort de modernisme et d'adaptation à l'environnement local des instruments et méthodes de travail ;

  • l'appui moral et parfois financier d'institutions internationales intéressées par cette expérience originale ;

  • l'intervention aussi importante que possible dans les secteurs vitaux de l'économie malienne, et notamment dans les crédits de campagne destinés au coton et au riz et la forte implication de la banque dans le financement des petites et moyennes entreprises ;

  • l'adoption d'une politique d'implantation progressive sur l'ensemble du territoire, à travers l'installation d'agences dans les principales capitales régionales.

Le changement d'échelle : la mise en place de AFRICAN FINANCIAL HOLDING et la constitution de la BANK OF AFRICA - BENIN

L'évolution de la BOA-MALI rendait concevable la reproduction d'une telle structure en d'autres lieux. Toutefois, pour imprimer l'impulsion nécessaire au développement et à l'élargissement de cette première expérience et pour assurer la cohésion des futures composantes, tout en préservant l'indépendance de chaque unité, l'existence d'une structure centrale est apparue indispensable. C'est à cette fin qu'a été créée en février 1988 la société AFRICAN FINANCIAL HOLDING (AFH) dont les priorités, fixées dès l'origine, seront toujours respectées :
  • promouvoir la création de banques privées, où les capitaux nationaux seraient fortement représentés ;

  • être l'actionnaire de référence, apporter un soutien technique à la mise en place et assurer la gestion des BANK OF AFRICA ainsi créées ;

  • plus généralement, s'associer à des investissements productifs relevant de tous les secteurs d'activité en intervenant à la fois comme société de capital-risque et, éventuellement, comme gestionnaire.

La mise en place d'AFH va permettre de préciser rapidement la question majeure de la structure du capital des BANK OF AFRICA, qui sera désormais tripartite :
  1. Des actionnaires privés,
    de préférence nationaux, apportant à chaque Banque une dimension nationale.

  2. La holding AFH,
    qui assure pour chaque projet les rôles successifs de promoteur, d'actionnaire de référence et de partenaire technique.

  3. Des institutions internationales
    d'appui au développement du secteur privé qui contribueront à renforcer l'audience, le souci de rigueur et la crédibilité des BOA. Ce sont quatre partenaires stratégiques - PROPARCO, la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), la Société Financière Internationale (SFI) et le FMO néerlandais - qui ont joué ce rôle.

C'est sur ces bases que va naître la BANK OF AFRICA - BÉNIN (BOA-BÉNIN), qui ouvrira ses portes au public le 15 janvier 1990 et dont la montée en puissance connaîtra une force et une régularité exceptionnelles, la Banque étant devenue, dès sa seconde année d'activité, la première banque commerciale du pays et voyant son total bilantiel passer successivement de 16 milliards de F CFA en 1990, à 49,2 milliards de F CFA en 1992, 96,8 milliards de F CFA en 1995 et 255,3 milliards de FCFA en 2006, soit une multiplication par 16 de celui-ci en 17 ans.



L'extension progressive du Réseau vers la dimension régionale

Les perspectives ainsi tracées ne pouvaient être prolongées que si AFH disposait des moyens financiers nécessaires et si elle pouvait obtenir la présence à son " tour de table " d'actionnaires institutionnels. L'accroissement du capital de la holding sera donc une priorité constante de celle-ci et trois actionnaires de poids entreront successivement au capital de AFH : PROPARCO, le FMO néerlandais et la banque NATEXIS, devenue NATEXIS-BANQUES POPULAIRES. Sur cette base renforcée, qui préserve toutefois strictement l'indépendance stratégique du Groupe, " l'expérience " BOA va enregistrer une nouvelle expansion et, pendant que se consolident les établissements maliens et béninois, trois nouvelles BANK OF AFRICA vont naître à partir de 1994, au Niger, en Côte d'Ivoire et au Burkina Faso, donnant au Groupe la force d'un véritable Réseau.

S'y ajouteront deux filiales de crédit-bail (ÉQUIPBAIL-BÉNIN et ÉQUIPBAIL-MALI), et une société de bourse (ACTIBOURSE).

L'existence de AFH a aussi permis l'institution d'une structure d'appui technique destinée aux BOA et s'appuyant sur trois fondements principaux :
  • la compétence des intervenants permettant la légèreté du dispositif ;
  • la dualité des missions d'appui à la gestion et de formation ;
  • l'uniformisation des procédures et l'homogénéisation des politiques.

Le renforcement de l'intégration et la poursuite de l’expansion du Groupe

Dans un environnement concurrentiel exacerbé, l'expansion externe et interne est plus que jamais une priorité. Mais elle doit impérativement continuer à être accompagnée d'efforts accrus de consolidation de l'existant et d'intégration du Groupe, en vue notamment d'accomplir sans heurts les mutations requises au cours de cette période charnière de notre stratégie de développement. Il en est ainsi notamment dans les domaines des procédures, du contrôle, du développement informatique et de la monétique dans lesquels les progrès accomplis ou projetés sont le fruit d'efforts menés collectivement et avec une volonté d'intégration commune et partagée par tous.

Une importante croissance externe est néanmoins intervenue à partir de 1999,
  • avec la création de la BANK OF AFRICA - MADAGASCAR -qui a ouvert au Groupe un nouveau champ d'action géographique et apporté une précieuse expérience dans la gestion d'une banque à grand réseau d'implantation- ;

  • le démarrage de ÉQUIPBAIL-MADAGASCAR en 2000 et la création en 2001 de la BANK OF AFRICA - SÉNÉGAL.

De plus, le Groupe a intensifié sa stratégie de diversification dans de nouveaux métiers :
  • l'assurance-vie, avec la création, en partenariat avec la première société ivoirienne du sous-secteur, de COLINA AFRICA VIE ;

  • l'investissement dans des secteurs porteurs, avec la création de la Société d'investissement AGORA ;

  • le capital-risque, avec la naissance de la Société ATTICA ;

  • le financement de l'immobilier avec la promotion et une prise de participation majoritaire dans la BANQUE DE L'HABITAT DU BÉNIN (BHB).

Le développement du Groupe s'est enfin récemment poursuivi dans la zone Afrique de l'Est et Océan Indien, avec :
  • en 2004, la création de la BANK OF AFRICA -KENYA
  • en 2007, celle de la BANK OF AFRICA -UGANDA.

Suite à ces différentes transformations successives, la situation du Groupe BANK OF AFRICA se caractérise aujourd'hui par :
  • le renforcement de son total bilantiel qui a dépassé le seuil symbolique du milliard d'Euros dès fin 2004 et se situe à 1361 millions d'Euros fin 2006 ;

  • la confirmation de son poids dans le système bancaire de l'UEMOA, le Groupe se hissant au 3ème rang des groupes bancaires de l'Union malgré une concurrence accrue ;

  • la confirmation de la vocation africaine du Groupe grâce à une présence dans neuf pays, répartis sur deux zones géographiques ;

  • la diversification de la clientèle et des activités des différentes BANK OF AFRICA, montrant que celles-ci sont en mesure de répondre aussi bien à l'attente des principales entreprises qu'à celle du grand public ;

  • le rôle déterminant de AFRICAN FINANCIAL HOLDING comme promoteur, actionnaire de référence, partenaire technique et animateur des diverses entités.

 

 

 

© 2006 Groupe BANK OF AFRICA. Réalisation : Ibonia